Restauration scolaire


RESTORIA : Notre nouveau prestataire

La commune de Ballée - Val-du-Maine dispose d'un service de restauration pouvant accueillir jusqu'à 85 enfants par jour.

RESTORIA propose des repas préparés de manière la plus traditionnelle possible, cuisinés à partir de matières premières brutes issues des circuits courts.

 

Plus d'info sur www.restoria.fr/

Le comité d’animation va se remettre en scène


Le comité d’animation va se remettre en scène

Vendredi, s’est tenue l’assemblée générale du CAB (Comité d’animation de Ballée). Philippe Mieuzé a annoncé qu’il laissait sa place de président à Nadia Freulon, qui sera aidée par Michel Guillois, vice-président. La secrétaire est Marie No Baudry, aidée de Manu Echivard vice-secrétaire, et la trésorière est Isabelle Guillois, aidée de Géraldine Mieuzé, vice-trésorière.

Nadia Freulon annonce d’emblée : « Nous recherchons des bénévoles, pour nous aider, pour nous accompagner, pour nous donner des idées d’animations, le CAB est ouvert à tous ! »

Le comité a de nombreux projets pour cette année : « Dès le 16 mars, nous organisons une soirée réunionnaise avec un repas à thème. » Le 26 octobre se déroulera la soirée châtaigne : le CAB se remettra en scène pour la troisième fois.

« Ce sera Une soirée théâtrale avec des sketches improvisés et mis en scène par notre troupe d’animateurs, suivie de crêpes et de châtaignes grillées et du cidre. »

 

Photo : Les membres du comité d’animation en assemblée générale. | OUEST-France – le 29 janvier 2019

2019 : le centre bourg est en pleine évolution


2019 : le centre bourg est en pleine évolution

De grands projets ont été annoncés, vendredi, lors des vœux : une nouvelle école, la construction de nouveaux commerces, une nouvelle mairie.

Vendredi, Michel Cottereau, maire de Val-du-Maine, et Martine Ricordeau-Maillet, maire délégué de Ballée, ont présenté leurs vœux à la population venue en nombre. Un groupe de jeunes musiciens de l’école de musique de Meslay-du-Maine a ouvert la séance avec des morceaux de jazz, sous la direction de Guillaume Bellanger. « Nous irons dans sept communes de la communauté de communes avec sept groupes différents, parce que l’école de musique appartient à la communauté de communes. »

La nouvelle école opérationnelle à Pâques

Les grands projets de l’année 2019 ont ensuite été présentés. « Tout d’abord les travaux de construction de l’école maternelle d’une surface de 600 m2 avec deux classes, une salle de motricité, un dortoir, une salle pour le centre de loisirs et l’accueil périscolaire. L’aménagement définitif de cette école pourrait avoir lieu aux vacances de Pâques. La création de 50 places de parking facilitera l’accès et la sécurité. La production d’électricité en revente générée par les panneaux solaires représentera 38 000 kW soit l’équivalent de la consommation de 11 foyer s », ont annoncé les élus. Un complément de travaux de terrassement et de plantations est prévu pour les aménagements extérieurs, ainsi qu’un espace sportif qui sera aménagé au cours du premier semestre 2019.

« L’acquisition des logements des 23 et 25, rue du Maréchal-Leclerc nous a permis d’obtenir un emplacement idéal de 1 200 m2 au centre du village et permettra l’aménagement du centre bourg. Cet espace viabilisé va devenir central avec la construction d’une boulangerie et d’un logement à l’étage, d’un restaurant-bar et d’une salle annexe indépendante. » Les travaux vont débuter ce mois de janvier pour une livraison début 2020.

Enfin, lorsque l’école maternelle actuelle aura déménagé, les locaux ainsi libérés seront réaménagés pour devenir la nouvelle mairie qui sera mitoyenne avec les nouveaux commerces.

« Les structures liées à l’enfance de la garderie aux activités périscolaires ont connu une augmentation de fréquentation de 40 % en 2018, les services et commerces existants ou à venir, les associations sportives et culturelles qui participent à la vie du village, devraient permettre de stopper la décroissance démographique de notre territoire afin de fixer la population et attirer de nouvelles familles sur Val-du-Maine et sur nos communes voisines. »

 

Photo : Plan des futurs commerces aux 23 et 25 rue du Maréchal-Leclerc. | SOCIÉTÉ D’ARCHITECTURE HOUET - IE SAINT-BERTHEVIN. | OUEST-France – le 23 janvier 2019

Les zélés de Linière(s) a besoin de bénévoles


Les zélés de Linière(s) a besoin de bénévoles

L’association Les zélés de Linière(s) vient de créer un site internet pour faciliter l’adhésion en ligne et disposer d’une base de données à jour.

Entretien

Julien Ostini, président des Zélés de Linière(s).

Que fait-on dans l’association Les Zélés?

L’association a pour objet de permettre la conjugaison des patrimoines architectural et artistique de Linières. L’association permet de réaliser des activités très variées avec le concours de personnes bénévoles. Elle agit sans but lucratif et au profit exclusif d’opérations présentant un intérêt général – permettre la culture à la campagne – et désintéressé.

Pourquoi devenir bénévole ?

Zélés de Linière(s), en proposant la participation à des chantiers participatifs, constitue pour les bénévoles un lieu de découverte des patrimoines architectural et artistique, un lieu de partage, interculturel et international, un lieu d’apprentissage et d’exercice de citoyenneté ou se côtoient des personnes bénévoles d’origines sociales et culturelles très variées.

Quels sont les projets des zélés pour l’année 2019 ?

Recruter de nouveaux bénévoles pour les ateliers cuisine, bricolage, régie, soliste, décor, transport, hébergement, couture, danse, communication, billetterie, orchestre, chœur… Lancer via les référents les ateliers participatifs pour faciliter une bonne organisation en juillet pour le troisième opéra en plein air dans la cour du château de Linières : Le Trouvère de Verdi.

Le projet est aussi de disposer d’un site internet, Opéra en plein air à Linière(s), resituant l’événement majeur et permettant le suivi des ateliers participatifs et favorisant la mobilisation de nouveaux bénévoles. Mise en place du plan de communication : média, internet, newsletter, produis dérivés, campagne affiche, rétro planning « Le Trouvère », pour anticiper. Enfin, améliorer le suivi administratif de Linières, billetterie en ligne à prévoir et accueil du public.

Comment devenir bénévole ?

L’adhésion se fait en ligne (https ://www.helloasso.com/associations/zeles-de-liniere-s) pour gagner du temps et disposer d’une base de données à jour avec de nouveaux outils internet.

Bien sûr, la demande papier existe toujours mais chaque bulletin sera renseigné sur le site helloasso.

Contact : zelesdelinieres@gmail.com. Tel. : 07 67 90 21 87. Page Facebook : Linières-s-.

 

Photo : Vendredi, le bureau de l’association Les zélés de Linière(s) s’est réuni pour sa première assemblée générale, 45 adhérents étaient présents. Cette association a commencé avec 25 adhérents il y a un an, elle en compte aujourd’hui 250. | Ouest-France – le 21 janvier 2019

Emploi. L’entreprise Levrard recrute trois opérateurs assainissement en Mayenne


Emploi. L’entreprise Levrard recrute trois opérateurs assainissement en Mayenne

Située à Val-du-Maine (Mayenne), l’entreprise Levrard, spécialisée notamment dans la vidange et l’assainissement, fait face à un accroissement d’activité. Elle recrute.

Levrard assainissement est une entreprise familiale comptant 21 salariés. À la fin de l’année 2018, le père, Jean-Claude Levrard, a laissé la main à ses deux enfants, Jean-Charles Levrard et Cécile Brisard. Ils sont donc désormais trois gérants, avec leur mère, Anita Levrard.

Dans le cadre de l’accroissement de leur activité, les Levrard sont à la recherche de trois opérateurs assainissement, pour des postes en CDI de 39 heures. « L’entreprise est spécialisée dans l’assainissement, la vidange, le curage, le pompage, l’inspection via caméra, etc. », détaille Cécile Brisard. Le métier impliquant de gérer seul des chantiers, les gérants sont à la recherche de personnes autonomes. « C’est un poste qui convient à qui recherche de la diversité, de l’autonomie, et surtout qui aime le contact avec les gens, souligne Jean-Charles Levrard. On aime servir les gens, il y a la culture du service chez nous. »

Un poste d’agent technique de facturation

Le métier, pour lequel il n’existe pas de formation, implique de faire quelques recherches, notamment sur les plans des canalisations. « C’est un métier riche techniquement. » Les trois postes sont à pourvoir dans l’année et la formation est prise en charge. Les candidats devront être titulaires du permis C et peuvent bénéficier d’une période d’immersion s’ils sont demandeurs d’emploi, de cinq jours.

« Il y a des préjugés, souvent réducteurs, sur la profession », regrettent les gérants. Ils recherchent également, pour un poste à pourvoir rapidement, un agent technique de facturation, « profil assistant de direction ».

Les candidatures sont à adresser via Pôle emploi à entreprise.pdl0053@pole-emploi.net ou à l’entreprise au 02 43 98 64 83, direction@levrard-assainissement.fr

 

Photo : Anita Levrard, Cécile Brisard et Jean-Charles Levrard ont sollicité l’aide de Pôle emploi, via Patricia Rochard, conseillère entreprises. | OUEST-FRANCE – le 18 janvier 2019

Deux agents recenseurs pour Val du Maine


Deux agents recenseurs pour Val du Maine

A partir du 17 janvier jusqu’au 16 février, la commune procède au recensement de la population et des habitations. Deux agents se partageront la tâche : Sylvie Bourdais et Claire Dubois qui ont reçu les formations nécessaires.

Comment cela va se passer ? Elles doivent rencontrer tout le monde sur présentation d’une carte tricolore officielle remise par la commune. « Nous devrons expliquer les démarches à suivre et délivrer les formulaires à remplir pour chaque foyer. Les familles auront le choix entre remplir le questionnaire papier ou via internet mais toujours avec l’intervention d’un agent recenseur qui leur remettra un code confidentiel par logement et un mot de passe ».

La municipalité présentera les deux agents lors des vœux du maire qui auront lieu vendredi 18 janvier à 19 h 30 à la salle des sports.

 

Photo : Sylvie Bourdais et Claire Dubois, agents recenseurs pour cette année 2019. | OUEST-FRANCE – le 16 janvier 2019 

Le tournoi du Nouvel An a rassemblé 300 footballeurs


Le tournoi du Nouvel An a rassemblé 300 footballeurs

Vendredi, samedi et dimanche, l’Alerte sportive a organisé son tournoi du Nouvel An. « C’est la neuvième édition », précise Christophe Ferrand, organisateur. 300 jeunes footballeurs répartis en dix équipes ont été accueillis.

Vendredi soir dans la catégorie foot loisir, c’est l’AS Ballée qui a gagné la finale devant l’équipe de Saint-Denis-d’Anjou. Samedi matin, la catégorie U9 a vu la victoire du Stade lavallois face à l’US Précigné, et l’après-midi la victoire du Sablé FC devant l’US Saint-Berthevin.

Dimanche, en continu, le tournoi U13 et U15 a vu les victoires du Stade lavallois devant l’US Saint-Berthevin et la victoire du Sablé FC au penalty devant l’équipe de Méral-Cossé.

« Le tournoi s’est très bien déroulé tant au niveau de l’organisation que du sportif, nous avons eu de beaux gestes techniques, de beaux buts avec de belles équipes dans un bon état d’esprit et l’ambiance était au rendez-vous, poursuit Christophe Ferrand. Nous remercions tous les partenaires du tournoi qui nous permettent d’offrir des lots à chaque joueur, ainsi que les sponsors et les bénévoles pour leur implication lors de cette belle fête du foot. »

 

Photo : L’Alerte sportive de Ballée avec les organisateurs et la municipalité. | OUEST-FRANCE– le 10 janvier 2019 (Photo de janvier 2018)

Démolition d’une maison rue Maréchal Leclerc


Démolition d’une maison rue Maréchal Leclerc

Vendredi 28 décembre, la deuxième partie de la grande bâtisse qui se délabrait d’année en année, située 23, rue du Maréchal-Leclerc a été démolie. Ce bâtiment acheté par la commune ressemblait à un ancien hôtel particulier avec un grand porche et une cour intérieure. Il avait probablement servi de relais de diligences à un autre siècle. « Impossible à réhabiliter financièrement », selon Michel Cottereau, maire. Idéalement placé au centre du village et en bordure de rivière, mitoyen avec l’école maternelle, il a fallu une journée entière pour démolir la demeure.

Le déblaiement des pierres et des gravats se fera cette semaine, libérant une surface de plus de 1 000 m2 pour entreprendre les travaux de construction des futurs commerces qui démarreront en début d’année 2019.

 

Photo : La démolition du bâtiment par l’entreprise Louzier. | OUEST-FRANCE– le 06 janvier 2019

Val-du-Maine. Un an de travaux pour dynamiser la commune nouvelle


Val-du-Maine. Un an de travaux pour dynamiser la commune nouvelle

Les projets de la mairie lors de la création de la commune nouvelle Val-du-Maine se concrétisent par la construction de l’école et de deux bâtiments voués au commerce dans le bourg. Début des travaux en janvier 2019.

Le maire de la commune nouvelle Val-du-Maine (associant Ballée et Épineux-le-Seguin), Michel Cottereau, avait annoncé lors des vœux de la municipalité, en janvier 2018, que des travaux de réhabilitation conséquents seraient entrepris. Les premiers travaux de démolition se sont déroulés en décembre 2018. Le maire nous explique en détail ce qui va être entrepris durant l’année 2019.

Pouvez-vous nous donner des informations sur la réhabilitation du centre bourg ?

Nous avons acheté l’ancienne demeure située 23, rue du Maréchal-Leclerc, en partie démolie en 2017. Le reste sera supprimé jeudi 27 décembre 2018. Ce n’est pas de gaîté de cœur que nous avons pris la décision de démolir ces bâtiments, mais financièrement, il était impossible de les réhabiliter. Nous en avons fait l’acquisition pour réaliser nos projets qui donneront une nouvelle attractivité au village et l’envie à une nouvelle population de venir l’habiter. Nous avons déjà les entreprises avec plus de 300 salariés, l’école, une salle des sports…

La construction de la Ligne à grande vitesse avait fait beaucoup de mal, il faut retrouver une dynamique dans le centre bourg avec des commerces. Le permis de construire est accepté et nous avons signé les marchés avec les entreprises le 21 décembre.

Quels sont les futurs travaux que vous envisagez et qui démarreront début janvier ?

En bordure de chaussée, un premier commerce d’une surface de 120 m2, à destination d’une boulangerie va être construit, avec, au-dessus, pour rester dans l’esthétique et à la même hauteur que les constructions environnantes, un logement locatif de 95 m2 avec une entrée indépendante et trois chambres.

En retrait de ce commerce à proximité de l’Erve, il y aura la construction d’un restaurant d’une surface de 210 m2 et d’une salle indépendante équipée d’un vidéoprojecteur pour des conférences. Cette salle sera louée séparément par la mairie à des entreprises pour des séminaires ou à des particuliers… Au-devant du restaurant, un aménagement paysager agrémentera l’ensemble, avec un passage arboré mitoyen avec l’école actuelle. Pour occuper ces commerces, nous avons des candidatures sérieuses.

Le projet de construction et d’aménagement de l’espace situé au 23, rue du Mal Leclerc a été réalisé par M. Hémery, architecte au cabinet d’architecture Houet-IE de Saint-Berthevin. | Cabinet Houet-IE

Combien coûteront ces travaux de réhabilitation ?

140 000 € pour l’achat des deux bâtiments et leur démolition. 850 000 € pour 540 m2 pour la construction des deux commerces, du logement et de la salle annexe. Le financement : 408 000 € subventionnés à hauteur de 48 % par l’État, la Région, la communauté de commune et le Département, le solde par un emprunt qui sera en partie remboursé par les loyers des commerces et du logement.

 

Photo 1 : Le bâtiment mitoyen avec l’école maternelle sera démoli le 27 décembre. L’école déménagera aux vacances de Pâques dans la construction neuve, puis la mairie viendra s’installer à la place de l’école

Photo 2 : Le projet de construction et d’aménagement de l’espace situé au 23, rue du Mal Leclerc a été réalisé par M. Hémery, architecte au cabinet d’architecture Houet-IE de Saint-Berthevin. | Cabinet Houet-IE | Ouest-France  – le 23 décembre 2018

Le centre de loisirs rouvrira fin août


Le centre de loisirs rouvrira fin août

 

Vendredi, le centre de loisirs a organisé son dernier jour de juillet. Les enfants avaient invité leurs parents à déguster les gâteaux fabriqués dans la journée. La reprise aura lieu le 27 août de 7 h à 18 h 30, inscription à la mairie. « Il reste de la place, le thème sera le safari photos à partir de jeux », confie Peggy Pathouot, directrice. Ouest France – 31 juillet 2018

Karine et Jérôme Poirier lancent la fabrication de pâtes à la ferme


Karine et Jérôme Poirier lancent la fabrication de pâtes à la ferme

 

A Epineux-le-Seguin (Val-du-Maine) Karine et Jérôme Poirier, exploitants agricoles, après s'être lancés dans la fabrication de farine au printemps, débutent celles de pâtes.

Les agriculteurs du secteur ont des idées ! Après la glace à la ferme chez Patrice Riauté à Parcé-sur-Sarthe, dans quelques jours il sera possible de trouver les pâtes à la ferme chez Karine et Jérôme Poirier, à Epineux-le-Seguin (Val-du-Maine), à quelques kilomètres d’Auvers-le-Hamon.

Jérôme s’est installé dans la commune en 2004, rejoint par son épouse en 2009. Ils possèdent deux poulaillers dans lesquels ils élèvent des volailles de Loué. Côté culture, ils exploitent 80 hectares.

 

Une agriculture raisonnée

Karine et Jérôme Poirier préparent ce projet depuis plusieurs années. Passionné d’agronomie, l’exploitant cherche à valoriser ses terres différemment.

Il n’est pas en bio mais « en raisonné ». Il limite les traitements et a banni le labour. 

« Entre deux cultures de blé ou de colza, nous couvrons le sol de trèfle, de Sarrazin ou de féverole », détaille Karine. 

Ça permet de fixer l’azote et de nourrir le sol ». Autre méthode : « faire une rotation des cultures pour moins avoir à intervenir derrière ».

 

Après la farine…

Un premier pas qui en attendait d’autres. 

« On s’est demandé comment valoriser nos cultures.

Après trois ans de recherches et de visites, ils optent pour la production de farine à la ferme. 

Nous avons acheté un moulin à meule de pierre et commencé la production en avril.

Leur farine est faite à partir de leurs cultures : blé tendre, blé dur et Sarrazin.

Ils vendent dans un local sur leur exploitation, en direct mais également à la Cabane des producteurs, magasin de petits producteurs à Mareil-en-Champagne. 

La Jaluère vend aussi notre farine chez eux à Juigné.

Après la farine, le couple a cherché un produit de consommation courante. Ils ont visité plusieurs exploitations qui produisaient de la farine et se sont décidés à se lancer dans la fabrication de pâtes.

Dans leur grange, ils ont fait construire un laboratoire avec une chambre froide pour entreposer la farine. Une entreprise italienne leur livre la machine dans les jours qui viennent. « Nous avons trois jours de montage et trois jours de formation ».

 

Différentes sortes de pâtes

Ils ont choisi de produire différentes sortes de pâtes au blé dur et des nouilles au sarrasin. 

Il y aura des conchigli, des creste rigate on fera aussi de la malfadèle, une sorte de tagliatelle mais en plus court.

 

Leur exploitation s’appelle l’ERL Sequoïa.

On en fera aussi en forme de sapin et d’autres aromatisés aux épinards.

L’idée est qu’ils consacrent  le lundi pour la production et le mardi pour la mise en sachet. Outre leur petit magasin de vente en direct qui sera ouvert le vendredi après-midi à partir de septembre (où ils vendent aussi du foie gras), ils vont faire les marchés. Leur premier avec les pâtes : samedi 28 et dimanche 29 juillet 2018 lors des Festisalica à Saulges.

Ils pensent aussi se rapprocher des collectivités et des comités d’entreprise. 

Nous serons aussi présents aux portes ouvertes de la Jaluère à Juigné le 19 août.


ERL Sequoïa à Epineux-le-Segin (Val du Maine), lieu-dit l’Epine. Contact : 02 43 91 16 05 ou 06 83 74 38 08

 

Photo : Karine et Jérôme Poirier, exploitants agricoles à Epineux-le-Seguin, se lancent dans la production de pâtes à la ferme – Les Nouvelles de Sablé – le 27 juillet 2018